Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Gilles BALSAN
2 mai 2021
Et oui j’aime bien le Stade Français Paris (Je sais c’est mal)

Et oui j’aime bien le Stade Français Paris (Je sais c’est mal)

Et pourquoi donc aurais-je de l’affection pour cette engeance. La réponse est simple : l’Histoire !

J’ai en mémoire un 20 mars 1892 à Bagatelle où nous l’avions écrasé sur le score sans appel de 4 à 3 (si ma mémoire est bonne). Nous étions, en ce temps-là, RCF et SF, au sommet du rugby hexagonal et ce n’est pas simple de se tenir à la pointe d’une telle figure. Les années passèrent et nos voisins s’éloignèrent des feux de la rampe.

Nos derbys étaient alors contre le PUC. Pendant près d’un siècle nous les avons attendus et quand ils sont revenus au top, nous n’y étions hélas plus. Ils ont patienté une petite dizaine d’années pour nous retrouver.

C’est pendant cette période que j’ai commencé à les apprécier tout d’abord par ce qu’on voyait des anciens du RCF jouer au plus haut niveau mais aussi, et surtout, pour voir une équipe du NOOOOOORD (de la Garonne) montrer aux clubs du Sud qu’ils n’étaient pas les détenteurs absolus de la vérité rugbystique.

Depuis nous nous retrouvons régulièrement, et c’est toujours un vrai bonheur, car au-delà des victoires ou des défaites, cela nous permet d’échanger, de trinquer et de rire avec nos amis supporters du SF.

Vous allez me dire que tout cela est bien nostalgico-sentimental et vous n’aurez pas tort. Car oui, j’aime bien les roses mais, nom de Zeus de maison close de fiente de péripatéticienne cyclopéenne, j’aime surtout les battre. Et, vous l’avez tous noté, ce n’est pas ce qui est arrivé hier.

Alors, en ce 1er mai, je fus triste, triste et même un peu honteux.

Mais pour autant je n’ai pas insulté les joueurs, je n’ai pas voué aux gémonies mon club. Je comprends la déception du supporter qui veut voir son équipe toujours gagner mais je ne peux pas supporter la réaction du spectateur qui dégueule sur « son » club comme un con sommateur vomit un yaourt avarié.

J’ai même lu des attaques ad hominem. Ceci est inadmissible. Il n’y a pas un joueur comptable d’une défaite comme il n’y en a pas un responsable d’une victoire (un jour je vous dirai ce que je pense de cette absurdité rugbystique « d’homme du match »). Il y a sur le terrain une équipe composée de bien plus de quinze joueurs.

Je crois que c’est le grand Laguille qui écrivait « au rugby, les débordements, c’est sur le terrain... ».

On peut, on doit, être exigeant. Mais on doit réaliser que l’insulte et la violence n’ont jamais été des solutions.

Le Racing traverse une phase difficile avec beaucoup trop de défaites. Il ne faut pas les accompagner de vociférations stériles. Au contraire, il faut se souvenir que ce n’est pas la première fois et que les beaux jours (Ciel et Blanc) vont revenir.

On peut se poser une question : et si nous n’étions pas dans les six à la fin de la saison ? Serai-je toujours supporter du Racing ? si la réponse est « non », ce n’est pas très grave, vous êtes plus des spectateurs que des supporters... et c’est tout à fait respectable.

Bien évidemment je ne crois pas à cette éventualité car j ‘en ai vu d’autres.

J’ai cru comprendre que nous risquions de nous retrouver bientôt et ensemble pour de vrai dans les travées. Alors échauffez vos voix et préparez vos foies car j’ai grand soif de houblon et de « RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAACING » !

Gilles Balsan

Président d'Honneur et Fondateur de Génération Yves du Manoir

storage?id=1567309&type=picture&secret=LuOTxVLt6JebAaBBDddXDuM2hkNnQi31Aw7gPxFf&timestamp=1619986177
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Un beau week-end de printemps

Un beau week-end de printemps

Salut mes vieux gars, je sais ça fait un bail que je n’étais pas venu vous embêter avec mes...

Gilles BALSAN
8 juin 2022
Le grand chelem c’est ça qu’on aime !

Le grand chelem c’est ça qu’on aime !

The grand slam est une grande dame !Et ben mes coquins quel beau printemps que celui qui...

Gilles BALSAN
20 mars 2022
J'ai pas aimé Aimé Giral

J'ai pas aimé Aimé Giral

Me voici, mes vieux gars, bien peinard au coin de ma cheminée, un verre à la main et l’oreille à...

Gilles BALSAN
6 mars 2022
Siffler n’est pas jouer

Siffler n’est pas jouer

Il fut un temps où Bordeaux, si ma mémoire est bonne, était connue pour son équipe de...

Gilles BALSAN
21 février 2022
Hello sunshine, goodbye rain…

Hello sunshine, goodbye rain…

Avez-vous remarqué que les jours rallongent et que la lumière a une jolie tendance à redevenir...

Gilles BALSAN
16 février 2022
2022...début merdeux !

2022...début merdeux !

C’est le foie lourd, l’estomac pesant, la larme à l’œil et la plume acérée que je reviens vers...

Gilles BALSAN
3 janvier 2022