Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
Gilles BALSAN
14 avril 2021
A l'horizon il y aura toujours du Ciel et Blanc

A l'horizon il y aura toujours du Ciel et Blanc

Un an, un an nom de Zeus que nous sommes privés de stade. Les dieux ne sont décidemment pas cléments…

Alors on va se débrouiller sans eux !

Bien sûr nous suivons les exploits et les déboires du plus grand club de l’univers et de ses alentours par des biais différents. Et pour cela la technologie nous aide : la toile, les chaînes payantes ou le service public (parfois).

Personnellement j’utilise beaucoup la radio et plus particulièrement le réseau France-bleue. Quel bonheur d’entendre les commentateurs locaux jaspiner quand nous gagnons sur leurs terres. Mais quelle tristesse d’ouïr leur liesse dans les situations inverses comme ce fût le cas le week-end dernier.

Soyons beaux joueurs et réjouissons-nous du bonheur de nos amis Burdigalais.

Soyons beaux joueurs, élégants, fair-play ! D’accord, mais nous restons des supporters et nous aurions préféré voir ces mêmes Bordelais être heureux de notre victoire.

On ne va pas refaire l’histoire, dommage.

Demain est un autre jour et nous n’avons pas fini de vibrer pour nos Ciels et Blancs.

Revenons à ces boites vides que sont devenus les stades. Le son artificiel qui nous y est distillé n’y change rien. Sans les supporters, les terrains du Top 14 sont des trous vides. D’ailleurs je me demande parfois à quoi peut bien ressembler un trou plein !

Grâce à Génération Yves du Manoir ce manque a pu être comblé lors de retransmissions dans notre bien-aimé Regent’s Park Pub.

Mais depuis nada, macache, peau de zébie, bernique et toutes ces sortes de choses.

Ce qui est certain c’est que ça ne va pas durer. Chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus de la réouverture. L’horizon semble lointain, ce qui n’est pas absurde, mais il est réel, ce qui est rassurant.

Bientôt nous nous retrouverons.

Bientôt ?

Oui, dès que ce sera possible !

Votre bureau y travaille d’arrache-pied (et ça fait mal). Bien entendu nous ne maîtrisons pas les restrictions mais nous réagirons, pour vous, pour nous, dès qu’elles seront levées.

Alors enfin, nous pourrons nous embrasser, au sens propre, une chope à la main et la larme à l’œil, le cœur léger et la panse lourde, en hurlant à plein poumon ce mot mélodieux : RAAAAAAAAAAAACING !

Et pour garder la pêche voici une petite ritournelle de nos cousins canadiens Les Cowboys Fringants, « Tant qu’on aura de l’amour ».

Parce que ça, on n’en manque pas !

Gilles Balsan

Président d'Honneur et  Fondateur de Génération Yves du Manoir

storage?id=1525423&type=picture&secret=tml6dPrWCJlFjX7jB5WdOVyH5XLefvZ2VO4ZoOHb&timestamp=1618433822
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Un beau week-end de printemps

Un beau week-end de printemps

Salut mes vieux gars, je sais ça fait un bail que je n’étais pas venu vous embêter avec mes...

Gilles BALSAN
8 juin 2022
Le grand chelem c’est ça qu’on aime !

Le grand chelem c’est ça qu’on aime !

The grand slam est une grande dame !Et ben mes coquins quel beau printemps que celui qui...

Gilles BALSAN
20 mars 2022
J'ai pas aimé Aimé Giral

J'ai pas aimé Aimé Giral

Me voici, mes vieux gars, bien peinard au coin de ma cheminée, un verre à la main et l’oreille à...

Gilles BALSAN
6 mars 2022
Siffler n’est pas jouer

Siffler n’est pas jouer

Il fut un temps où Bordeaux, si ma mémoire est bonne, était connue pour son équipe de...

Gilles BALSAN
21 février 2022
Hello sunshine, goodbye rain…

Hello sunshine, goodbye rain…

Avez-vous remarqué que les jours rallongent et que la lumière a une jolie tendance à redevenir...

Gilles BALSAN
16 février 2022
2022...début merdeux !

2022...début merdeux !

C’est le foie lourd, l’estomac pesant, la larme à l’œil et la plume acérée que je reviens vers...

Gilles BALSAN
3 janvier 2022